Amsterdamer, mes premières cigarettes

Au lycée, la pause de 10h du lundi matin était l’occasion de parler du match du week end autour d’une bonne cigarette. Pour ma part, je n’étais pas vraiment fan de la clope car je partais vite en mode « mal de crane et semi vertige ». Qu’à cela ne tienne, je voulais faire comme les copains et paraitre rebelle auprès des filles. Du coup, il fallait trouver du tabac pas cher et qui me plaise au goût…

Dès que j’ouvrais mon paquet souple d’Amsterdamer, une odeur douce de caramel s’échappait pour me titiller les narines. J’avais plus envie de manger mon tabac que de le fumer. A l’époque, il n’y avait pas d’inscription « fumer tue » sur les paquets mais je me doutais bien qu’avoir les dents jaunes, les doigts qui sentent la nicotine et une haleine fétide  n’étaient pas signes de bonne santé.

C’était en 1996, il y a maintenant 14 ans. Je ne sais pas si la marque existe encore mais l’odeur caramélisée est ancrée dans ma mémoire. Le paquet coûtait 14 Francs à l’époque (2 euros.. Ouch)

8 Commentaires

  1. Amsterdamer existe toujours ! J’en vois parfois quand je vais acheter mes clopes, sur Reims ou en Alsace… J’en ai fumé aussi, et visiblement, ca n’a pas changé depuis ton époque (l’odeur de caramel…). En revanche, pour répondre à @siamang, django semble avoir disparu de la circulation, du moins en France, vu que j’ai quelques amis qui en ramène d’Allemagne.

  2. Le Amsterdamer existe encore et le Django c’est pareil, j’ai du en fumer y-a 1 mois

    j’habite dans le sud de la France et tout « Bon » Buraliste en a par chez moi

  3. J’en fumé parfois au lycée. Je me souviens un jour, lors de la pause de 10h20, être allé au bureau de tabac, et avoir demandé du Lerdamer. Le pire c’est que je n’ai as percuté, même lorsque la buraliste m’a demandé de répéter. Le copain ou la copine qui était venu avec moi s’était bien marre…je devais pas être très réveillé ce jour là…

  4. Je fume en se moment même du Amsterdamer, son goût et son odeur son incomparable au autres tabacs.
    Je ne savais pas que çe tabac était pardonner moi l’expression « si vieux »

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*