Douchka

Douchka, ou Douchka Bojidarka Esposito de son vrai nom, était l’ambassadrice de Disney en France à partir de 1984 avec la sortie de son single « Mickey, Donald et moi » vendu quand même à 418 000 exemplaires.

Elle devient également co-animatrice de Disney Parade avec Jean-Pierre Foucault avant d’être remplacée par Anne.

douchka1

J’avais pas mal de 45T de Douchka et ça m’a fait bizarre de la voir poser nue il y a quelques années… non pas Douchka ! (parce que j’étais amoureux d’elle à 5 ans, je ne diffuserai pas les photos de Douchka nue)

En 2005 on a pu la voir sur TF1 dans la « première compagnie » et en tant que présentatrice du téléshopping Plus récemment, Douchka s’est présentée dans The Voice en 2013 (mais s’est faite recalée) en 2015 dans Las Vegas Academy.

Douchka dans The Voice:

Pour les plus gros fans, Douchka a sorti un nouvel album en novembre 2009 :

douchka

allez parce que le danseur à côté de Douchka m’a bien fait rire je vous mets la vidéo 🙂

https://www.youtube.com/watch?v=7EuhR9ak5KE
A propos de Malisz 332 Articles
Fournisseur de bonheur depuis 1982, Vincent est également champion du monde de Chifoumi. Retrouvez le sur Twitter : http://www.twitter.com/malisz

18 Commentaires

  1. DOUUCHHHKA! Excellent!!! J’ai le disque de Davy Crocket dédicassé!!!! je le revends sur E-bay prix de départ 2500 euros!!! à bon entendeur… 🙂

  2. Douchkaaaa! love love love!! Bon dites moi , pardon d’être salace, mais j’avoue que s’il y avait un lien pour trouver les images dont l’article parle je serais plus que ravi….

  3. Douchka, encore une fille de…Papa chanteur; ,Gianni Esposito, Maman actrice:je ne retrouve plus son nom!
    Mais cela n’enlève rien au charme de Douchka,fraiche et pétillante.

  4. La mère de Douchka C’est Pascale Petit.
    J’la trouvais « trop belle ! »…C’est dommage ! sa carrière a un peu mal tourné après…
    Marrant mais à l’époque je pensais qu’elle avait onze ans pas plus ! en fait elle avait au moins…
    28 ans ! 🙂 blague à part elle fait hyper mature…même si elle a dû gagner de l’argent avec ses titres Disney, c’est quand même les boules de faire le guignol avec mickey à cet âge !, c’est une étiquette qui te colle au basket après pendant des années. J’adore aussi le mec à côté d’une grande virilité

  5. bs je t ai vu le 6 a leclerc de challans en vendée,que tu es tjr très jolie .
    il faudrais revenir sur challans je pourrais emmener mes petits enfants te voir .
    bisous a toi et aux plaisir d avoir de tes nouvelles car j adore ce que tu chante .

  6. J’adorais! Elle a un peu bercé mon enfance si je puis dire. Et ça m’a fait bizarre de la voir poser pour des photos, non pas nues, mais assez chaudes… Un petit indice pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler: elles ont été parues dans le magazine « Entrevue », dans un numéro datant de la fin d’année 1999. Et selon une interview qu’elle avait donné il y a un peu moins longtemps, elle traversait alors une mauvaise passe quand ces clichés ont été pris… Dommage que sa carrière ait pris fin du jour au lendemain

  7. Il serait bon que Douchka cesse de se poser en victime depuis tant d’années et de se moquer du monde en travestissant la vérité au delà de toute vraissanblance. Dans son livre autobiographique parut dernièrement, et qui déjà suscite de diverses révélations troublantes. En 1981, Mémé Ibach (producteur de Karen Chéryl) signe un contrat d’exclusivité de 10 ans à une jeune chanteuse lyonnaise de 16 ans , qu’il avait auditionnée et engagée immédiatement pour chanter pour les enfants.Douchka et sa mère ont demandé à cette jeune fille de chanter une chanson, cette jeune chanteuse ne l’avait pas encore terminé que Douchka s’est écriée « maman, je veux faire comme elle, je veux chanter comme elle! » Douchka et sa mère ont profité de la crédulité et de la naïveté de cette jene artiste qui croyait tant en son métier et qu’on a voulu mettre sous l’éteignoir, pour éviter que cela ne nuise aux propres intérêts de Douchka, qui en fait s’est tout simplement appropriée une place, qui ne lui convenait pas et surtout ne lui appartenait pas.

  8. LETTRE OUVERTE À BOJIDARKA ESPOSITO DITE « DOUCHKA »

    DROIT DE REPONSE A L’USURPATRICE

    Si DOUCHKA m’était contée… ce serait l’histoire d’une imposture honteuse.

    J’ai été purement et simplement évincée, sans explication, d’un contrat, signé voici 30 ans avec la Société DISQUES IBACH, pour une durée de 10 ans et portant sur des chansons pour enfants, la Walt Disney Cie ayant donné son approbation.

    Il se trouve que mon producteur, Mémé Ibach, était le « beau-père » de Douchka, compagnon de longue date de sa mère. Les pressions alors exercées par la mère de Douchka auprès de son amant pour mettre sa fille à ma place ont eu raison de mon contrat -Douchka a fini par prendre ma place- et de toute ma vie artistique, brisée en éclats alors qu’elle s’annonçait brillante.

    La parution, en Avril 2011 du « livre » de Douchka, qui me cite nominalement et sans autorisation, a ravivé la douleur dont j’ai mis des décennies à me débarrasser. Outre que cet ouvrage est truffé d’inexactitudes, pour ne pas dire plus, il me semble que les plaintes, doléances et les malheurs de cette pauvre dame, une « usurpatrice » caractérisée, ne sont que la conséquence d’une suite ininterrompue d’erreurs et d’échecs de sa part.

    Cette manipulation honteuse m’a causé un préjudice moral irréparable, j’avais à peine 16 ans. Ma vie artistique commençait ainsi par une blessure inguérissable : déception, désillusion, amertume, sentiment de trahison, c’est lourd pour la jeune fille que j’étais, pleine de rêves et d’espoirs dans ce contrat. C’est Mémé Ibach qui est venu me chercher à Lyon pour me proposer ce contrat. Mes parents et moi avons été terrassés par ce revirement sans raison valable.

    Vous comprendrez de ce fait que je m’inscrive en faux contre les allégations pleureuses et mensongères d’une « chanteuse » au talent plus que douteux (la suite l’a confirmé). Douchka se positionne en victime (car cela fait vendre) mais elle a pris une place qui ne lui revenait pas et qu’elle n’a pas méritée. Sa descente aux enfers et sa déchéance artistique, dont son « livre » est le triste et navrant récit, montrent qu’elle n’a même pas su profiter, par ses mauvais choix et mauvaises décisions, de la chance insolente qu’elle a eue. Je n’ai pas l’intention de laisser passer cette offense supplémentaire et j’aimerais que l’on puisse m’entendre, à mon tour, de façon contradictoire, comme témoin « privilégié ».
    Françoise Gabrielle GAUME/gab57@free.fr

  9. Douchka a tenté un come-back en marquant de sa présence dans « La 1ere compagnie » sur TF1 , où un soir, elle s’est prise une sacré engueulade de la part de Moscato et JP Castaldi …Elle venait d’émettre un avis sur l’âge et les qualités physiques de Casltadi, qu’elle considérait comme « usés ».

  10. Je n’ai jamais trop apprécié cette chanteuse, sans en pouvoir vraiment expliquer la raison. J’étais petit quand elle avait du succès, j’étais sa « cible ». Je trouvais son répertoire trop formaté, certes, elle était jolie, mais mis à part ses évocations des films de Walt Disney, son répertoire était bien maigre. C’est pour cela qu’elle n’a pas duré. De plus, Chantal Goya donnait déjà dans la chanson faisant ouvertement référence aux héros de la petite enfance (Certes, il y en eut peu finalement concernant les personnages de Disney mais quelques-uns quand même). D’ailleurs, pour faire référence au commentaire de Françoise Gaume, je n’irai pas jusqu’à en mettre ma main à couper, mais vous vous souvenez sans doute du passage désastreux de Chantal Goya dans « Le jeu de la vérité », où on la voit répondre à des adultes agressivement. Eh bien, Chantal s’est toujours défendue en disant qu’elle avait été victime d’un piège, ayant passé un contrat moral avec le producteur de l’émission comme quoi ce serait des enfants qui lui poseraient des questions au téléphone et non des adultes comme ce fut pourtant le cas. Et je ne vois pas pourquoi elle mentirait sur ce point. A mon avis, à l’époque, en 1985, Douchka était déjà sur le marché depuis un an (Avec notamment le tube « Mickey, Donald et moi ») et comme elle avait presque exactement le même répertoire que Chantal, je vois bien son producteur de l’époque, Humbert Ibach, qui d’ailleurs s’est depuis lancé dans la production vidéo, passer un coup de fil au réalisateur de l’émission pour enfoncer Chantal. Enfin, il n’y a pas de preuve, mais ça ne m’étonnerait pas. Car Dorothée était déjà aussi sur le marché et a toujours affiché une complicité avec Chantal, disant clairement qu’elles n’étaient pas rivales. Donc, il y aurait à chercher du côté de Douchka dans cette histoire que ça ne m’étonnerait pas. Après, je n’affirme rien. Mais je constate simplement que si Chantal Goya et Dorothée ont duré bien plus longtemps que Douchka dans la chanson pour enfants, c’est parce que leur répertoire ne se limitait pas aux chansons sur les personnages de Walt Disney. Dorothée, dont j’étais et reste fan, a d’ailleurs un répertoire assez large, avec des tubes façon « Hou ! La menteuse » certes, mais aussi des reprises de chansons traditionnelles et des jolies chansons comme « Chagrin d’amitié ». Quoiqu’il en soit, je les préfère toutes les deux à Douchka. Et je ne parle même pas d’Anne Sylvestre qui, avec ses « Fabulettes » dès les années 60 a modernisé la chanson pour enfants, avec des textes et des musiques de qualité et n’est jamais tombée dans le commercial. A côté de jolies chansons comme celles-là et même de celles de Dorothée et Chantal Goya, celles de Douchka sont amusantes, mais c’est tout.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*