A propos de Malisz 332 Articles
Fournisseur de bonheur depuis 1982, Vincent est également champion du monde de Chifoumi. Retrouvez le sur Twitter : http://www.twitter.com/malisz

9 Commentaires

  1. tu as cherché tu nous a quitté vous etes une sacrée bande la haut respect a tous on doit pas s ennuyé et puis maintenant s est des euros qu il aurait fallu cramer s est galere a convertir bye

  2. Y’en a pas beaucoup des exceptionnels, dans le ciné il y avait patrick dewaere, dans les comiques il y avait coluche, dans la musique gainsbarre ! Ils ont tous les 3 tirés leur révérence mais putain ce qu’ils doivent s’éclater ensemble ! Et ce qu’ils doivent pleurer de voir la France dans un sale état ! Chapeaux bas Messieurs !

  3. J’avais dix balais à sa mort et je me souviens avoir été étonné que ça ne soit pas arrivé plus tôt vu l’état de délabrement du bonhomme. A vrai dire il me faisait un peu flipper comme les clodos torchés à la mauvaise vinasse qui baragouinent des trucs incompréhensibles aux passants. Quand à ses chansons période gainsbard, elles me laissent toujours aussi perplexes. Comme si il avait réussi à capter le bouleversement constitués à l’époque par l’arrivée du rap et du punk sans pour autant dépasser le stade de la caricature (références à « Under arrest » et à son attitude chaotique en général). Je l’ai redécouvert bien plus tard avec son album reggae qui n’est pas simplement le meilleur album reggae français mais l’un des meilleurs albums reggae tout court, même aux dires des jamaïcains. Quand aux albums concepts « Melody Nelson » et « L’homme à tête de choux », quelles tueries! Intemporels et compris sur le tard comme beaucoup de chefs d’œuvre, une nouvelle pépite sonore se découvre à chaque nouvelle écoute. Gainsbourg faisait partie de ces génies branchés sur les vibrations de leur époque dont les changements de styles ne sont pas des postures opportunistes: existentialiste à la fin des années 50, dandy du swinging London dans les années 60, premier chanteur de reggae non jamaïcain dans les années 70, clochard céleste cynique et mondain à l’image des années 80. Bref , un grand parmi les grands.

  4. il fait parti de ses personnages les plus mystérieux pour moi de cette époque, ok qu’on l’aimais pour son coté franc parlé, et provoc’ avec une cuite au fesse à la téloche : certe.
    que d’autres l’aimais car il levais son doigts à la société parce qu’il ce savais pleins d’argent : certe.
    mais par contre quand j’entends ses musiques je suis désolé mais j’ai beau essayé d’entrer dans son délire, rien à faire…je comprend qu’un mot sur deux…on aurai dit un alcoolique qui chante.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*