Le collège fou, fou, fou

Une bande de loufoque

En ce mois de septembre, nous allons faire notre rentrée dans le loufoque avec une série pour laquelle le mot fut quasiment inventé.

A savoir : Le collège fou fou fou ou Kimengumi pour les férus de version originale. Pour les aficionados, le générique français vient déjà doucement bourdonner à leurs oreilles et un semblant de rire compulsif commence déjà à s’esquisser sur leur visage.

Mais je vais quand même rappeler les grandes lignes du manga et du dessin animé. Kimengumi peut se traduire par « le groupe aux visages bizarres ». Jamais un titre, par un parfum audacieux, ne m’a paru plus juste. Pour ceux qui ne le savaient pas, le manga Le collège fou fou fou  est divisé en deux saisons. La première saison débute au commencement des années 80 et nous peint l’arrivée de Laura au collège Ichio. Là, elle fera la connaissance de nos cinq spécimens favoris, en commençant d’abord par le génialissime Rei, suivi de son second Ted, de Jim, Jeannot et Dan. Ils traînent toujours avec 2 filles :  Laura et Julie. Cela durera trois long tomes et en 1982, l’auteur, Motoei Shinzawa, débutera High school Kimengumi où l’on suit les aventures de nos protagonistes préférés au lycée.

En 1985, le manga est adapté et devient une série animée. Puis en 1987, l’histoire arrive à sa conclusion. Mais treize années plus tard, en l’an 2000, l’auteur décide d’entamer une troisième saison. Voilà, pour le petit historique de rigueur !

On peut maintenant passer au plat de résistance ! Tout d’abord le style graphique qui, disons-le, est relativement atypique. Si les joyeux loufoques portent leur surnom à merveille, c’est tout d’abord parce que nous avons affaire à un style de faciès plutôt décalé. Si on compare avec Ranma ½ par exemple, qui est aussi dans le registre comique, on pourrait penser que Shinzawa ne sait pas dessiner. Mais il n’en n’est rien car les joyeux loufoques ne seraient pas nos héros comiques par excellence sans son déballage de personnages aussi farfelus, nous faisant rire à la simple vision desdites personnes.

Ajoutez à cela leurs brusques passages en « super-deformed » très fréquents et leurs voix qui changent en même temps et vous verrez que cela leur confère un irrésistible charisme humoristique. Très vite on en vient à s’attacher à ces drôles d’hurluberlus. Bien entendu, nos cinq joyeux lurons ne sont pas seuls. Tout le collège est organisé en bande, les costauds, les bourreaux des cœurs ou les bons samaritains. Si une certaine rivalité réside entre eux, c’est bien sûr prétexte à des situations très cocasses où nos cinq garnements viendront foutre un joyeux bordel, que cela soit dans le sport, en cours ou dans le quotidien de tous les jours.

Les joyeux loufoques aux commandes du dessin animé

C’est le studio Comete qui fournira les 86 épisodes de la série. A la réalisation, on trouve Hiroshi Fukutomi qui travaillera aussi sur des séries comme Ceux qui chasse les Elfes, Art of Fighting ou Flint le détective. Il effectuera certain storyboards sur des séries connues comme Cobra, Hamtaro ou L’Académie des Ninjas. Au character-design, on trouve deux maîtres qui sont Hatsuki Tsuji et Hiroshi Kanazawa. Le premier travaillera sur Sous le signe des Mousquetaires et le second rejoint l’équipe de L’Académie des Ninjas. Le directeur artistique qui donne vie à tous ces personnages haut en couleur n’est autre que Akira Furutani. Il participera aux décors du film Akira et assure le même poste sur des dessins animés comme L’Inspecteur Gadget, Hamtaro ou Hello Kitty raconte. La musique est signée par le maestro qui a œuvré aussi sur les airs entraînant des dessins animés adaptés des mangas de Akira Toriyama : le compositeur Shunsuke Kikuchi. Et avec un générique français interprété par notre Bernard Minet national – que demandent de plus les fans ?

La fin des joyeux drilles

Le collège fou fou fou est un dessin animé à l’humour barré et cinglé. Bien que le comique de situation provienne parfois de jeux de mots japonais difficilement traduisibles en français, cela n’empêchera pas le programme de connaître un franc succès dans notre pays et d’être aujourd’hui un classique de la japanimation. On notera que la France est le seul pays en Europe à avoir importé la série. De plus, le doublage français est plutôt dans la globalité des épisodes réussis et a connu de nombreux changements de voix ! Surtout nos pauvres joyeux loufoques ; par exemple Rei a été doublé par Lionel Tua (voix de Parker Lewis) qui sera remplacé par Vincent Ropion (voix du célèbre Nicky Larson).

Le collège fou fou fou était une bonne tranche de débilité le mercredi après-midi au club Dorothée. C’était complètement idiot, mais aussi furieusement drôle, et la série a su parfaitement tirer son épingle du jeu au milieu d’autre grosse licence comme DBZ ou Les chevaliers du zodiaque à l’époque. Certains épisodes rivalisaient d’inventivité et allaient très, très loin dans le délire. Pour peu que vous soyez réceptif à ce genre d’humour sans queue ni tête, vous vous marrerez jusqu’à en à avoir mal au bide ! A voir ou à revoir absolument !

 

Nicolas Merlot
A propos de Nicolas Merlot 4 Articles
Blogueur sur les-dessins-animes.fr, Nicolas est un passionné de BD, mangas, et de japanimation. Son anime préféré n’est autre que Neon Genesis Evangelion, qui reste pour lui une œuvre charnière qui lui permit de découvrir l’immensité de l’univers du dessin animé japonais.

10 Comments

  1. J’adorais ce dessin animé !
    Rares sont les dessins animé où on rit autant du début à la fin. Il leur arrivait toujours un tas d’aventures plus débiles les unes que les autres. Leur capacité à dire quelque chose de grave et dans l’instant qui suit se métamorphoser en petit personnage avec un voix qui couine était sensas xD

    Il y avait aussi les autres bandes dans le lycée : les sportifs, les bourreaux des coeurs, les bons samaritains, les surdoués, etc…
    Pour moi ce dessin animé est culte.

  2. Ils me faisaient peur avec leurs têtes bizarres. Sans doute la raison pour laquelle je n’ai jamais vraiment aimé.

    En revanche, la chanson du générique est tout bonnement géniale. Qui n’a jamais rêvé d’un collège « où on ne fait rien du tout »?

  3. Il repasse de temps en temps sur AB1 la chaine 32 de CanalSat mais il y en a plein d’autres qu’on aimerait revoir – où peut-on se mobiliser? et surtout où sont passés tous ces DA traduits en français, pourquoi ne pas les rediffuser?

    moi dans les mangas, j’adore quand les personnages disent des choses ridicules et que le corbeau passe au dessus de leurs têtes en faisant des petites crottes « croa croa »…

  4. Ahhhhh ma série préférée de tout les temps 🙂
    Je ne me suis jamais autant marré avec une série animée..
    Notre petite bande s’amusait à refaire leur « exploit sportif » et toutes leurs bétises en cours de sports, au grand dam de notre prof..
    On avait….17 ans xD

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*