Rocky 4

rocky4
« Ce match là, c’est nous contre les soviets ! ». Il y avait de quoi être remonté contre la crapule communiste en sortant de la salle de cinéma qui diffusait Rocky 4, en 1986. Après 3 films où le nemesis était un afro-américain (Apollo Creed 2 fois, puis Clubber Lang qui mérite à lui seul un article ici même), il fallait trouver un nouveau type d’opposant de poids à l’étalon italien. En pleine période de guerre froide façon Reagan, c’est vers l’est qu’il faut donc se tourner.

Tous les poncifs étaient bons pour nous montrer une Russie vue du côté ouest, dont un méchant Ivan Drago particulièrement méchant.

Si Rocky 4 reste particulier dans la mémoire des fans de la saga, c’est qu’il mélange plusieurs choses :
– un nombre de répliques cultes hallucinant
– de l’émotion (la mort d’Appollo, merde quoi)
– l’un des meilleurs training montage (et quelle bo !)
– un combat encore plus over the top qu’avant, et en plus en terrain ennemi.

Il n’en faut pas plus pour se redélecter de ce petit bijou ultra politisé et complètement jouissif désormais.

Training Montage (hearts on fire)

Rocky Balboa, prix nobel de la paix

10 Commentaires

  1. Mon Dieu, Dolph Lundgren, quel bel homme! J’étais si fière d’avoir enregistré le film sur une VHS… et j’embrassais mon poster de ce beau suédois que je continue d’admirer!!! D’ailleurs cette réplique, Kamui, il la ressort lors d’une interview croisée avec Van Damme.

    • moi la réplique que j’aime bien, c’est :

      « il m’dérouille, j’en vois 3 comme lui !! »
      « ben vises-en un et butes le !! »
      « oui vises-en un et butes le !! »

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*