Thunderdome

Hier encore, j’ai croisé une voiture « tuning » carreau évidemment ouvert et une musique très… bruyante. J’ai tout de suite pensé à Thunderdome 🙂

Pendant mes années collège, je voyais sortir une dizaine de compilations par an (j’exagère à peine…) estampillées Thunderdome avec des jaquettes hyper reconnaissables :

Pour écouter un extrait :

Thunderdome est à l’origine, une énorme Rave Party qui s’est déroulée pour la première fois en 1992 aux Pays-Bas. Mais le nom est surtout connu pour son nombre important de compilations (24 au total sans compter les best of ou autres éditions spéciales), la première compil est sortie en 1993 et se sont arrêtées en 1999.

A propos de Malisz 332 Articles
Fournisseur de bonheur depuis 1982, Vincent est également champion du monde de Chifoumi. Retrouvez le sur Twitter : http://www.twitter.com/malisz

20 Commentaires

  1. Que de souvenirs…

    Petite info quand même : Thunderdome ne s’est pas du tout arrêté en 1999. C’est maintenant plus des « soirées » auxquelles viennent s’ajoutée une compil des meilleurs mix de la soirée..

  2. haaa j’aime pas cette musique je trovais sa trop bruillant lol ! Enplus mon frère m’a beaucoup trop souler avec sa à l’époque, aujourd’hui je suis allergique à Thunderdom !

  3. Hoooo…. Je pensais pas que tu parlerais de ça ici alors j’étais ravis en voyant ce billet.

    Comme beaucoup j’ai grandit avec ces compilations.
    Mes cahiers de cours étaient remplis de dessins (j’en ai encore sous la patte), ça tournait en boucle dans ma chambre et mon walkman (cassette je précise ^^).

    A l’époque j’étais le seul à écouter ça dans ma région et je passais pour un fou.
    Des années après, tout le monde s’est mit à acheter les compilations DHT qu’on trouvait facilement en belgique.

    Malgré les années qui ont passées, je reste toujours un fan de ce son. Mon Dj préféré étant le très regretté 3 Steps Ahead.

    Aujourd’hui, les compiles se trouvent facilement sur le net (et en HQ) et effectivement, le nombre d’albums est énorme!

    Je regrette un peu cette époque…
    Des Thunderdome il en sort encore de temps en temps mais c’est du Real Hardcore (très spécial pour ma part) et même les pochettes ça n’est plus ce que c’était.

    Merci pour ce bon petit billet (un peu court) qui m’a donné l’impression de m’être dédicacé.

    http://www.adzhosts.com

    Je vais faire un petit billet sur mon blog pour te faire un petit coup de pub. (fais un tour sur le miens, peut être as tu des choses à piocher)

    Amicalement, un jeune vieux!

  4. J’avais un pote qui achetait chaque coffret.

    Tout ce que j’avais retenu des vidéos (en VHS à l’époque) c’est que ça donnait vraiment envie d’aller danser là bas, vu les nanas qui y trainaient ! 😀

  5. J’ai le coffret best of de 1995 comprenent un zipo, un medaille, un bouquin sur les concerts, 3 cd’s best of et un tee-shirt.

    quelle nostalgie, en tout les cas c’est du son qui pétait grave.

  6. RHAAAA c’est trop du lourd! les debut du hardcore et on etait gamins mais on l’a connu!

    a l’éposque je trouvais que c’était de la bouillie, avec le temps jme dis que c’est pas trop mal au moins c’est pas trop bourrin comparé aux trucs a 180bpm qu’on voit maintenant

  7. Pas trop bourrin… Quand même! Avec des titres tels que « Extreme Terror » de DJ Skinhead, « In Control in effect » de The Controlers, « Nonshlen Tustokken » de Riot Squad etc, je trouve que ça tapait plutôt pas mal! Après, il faut dire que le son était plutôt orienté vers le happy hardcore (qu’on appelle aussi gabber) et qui se caractérise par un mélange entre sonorités d’infrabasses hardcore et sons festifs (mouvement très proche musicalement de la makina).
    J’étais fan (et le suis encore) de cette compile! Je possède quasiment tous les numéros, compiles comprises! Alors petite précision: le collectif Thunderdome en lui-même n’existe plus sous cette appellation, mais en tant que « MOH » (« Masters of Hardcore »); les events organisés ont par contre conservé l’appellation « Thunderdome » et continuent chaque année. Pour cela, il faut se rendre aux Pays-Bas, où tout ce qui est r’n’b ou electro house Guetta sont « Musica non gratta ». D’ailleurs, quand on parle de « gabber hollandais », c’est un pléonasme, car par définition, le gabber vient des Pays-Bas. Mais cette compile a également connu un fort succès en Allemagne, en Belgique, ou même en Suisse. En France, sa notoriété a été moindre, sauf peut-être dans le Nord, où le son est plus rude et pêchu. Mais si une vingtaine et volumes sont sortis chez nous, c’est qu’elle a quand même eu son succès. Les grands DJ d’alors étaient le groupement de la Dreamteam: Buzz Fuzz, Danno, Gizmo et The Prophet. Il y avait aussi les regrettés 3 Steps Ahead et Liza n Eliaz, ou bien encore DJ Promo, Angerfist, Ramirez…
    Dommage en tout cas que ce courant musical ait connu une sérieuse baisse de popularité en France dès 1998; par contre, chez nos amis du Benelux, il n’a jamais périclité, juste évolué: les sonorités sont plutôt orientées vers le jumpstyle ou le noisecore et speedcore. Bien entendu, les « têtes bien pensantes » que je requalifierais volontiers de vides (ou hermétiques à vous de voir) ont montré du doigt ce mouvement comme étant fasciste à cause du son violent! Certes, certains racistes sont présents dans ce milieu (en même temps, il y en a dans tous les domaines, même le rap avec les homophobes), mais un mec qui porte des treillis et des rangers n’est pas facho pour autant! D’ailleurs, au dos des compilations, il était bien précisé « United Gabbers against racism and fascism ». D’autant qu’un des DJ de RTC (Rotterdam Terror Corps, un autre collectif du même genre) est noir! Le premier volume (qui est selon moi le meilleur avec le 10) est sorti en fin 1992. Et pour info, le premier titre hardcore est sorti en 1991, « We have arrived » de Mescalinum United qui posa les bases: pied de grosse caisse assez résonnant soutenu par une basse, sonorités agressives, stridentes, bruitages métalliques, mais tempo assez lent pour un titre de hardcore; ce n’est que par la suite que le tempo s’est accéléré: 180 BPM en moyenne. Mais en écoutant les premiers titres, on se rend compte que la mélodie est très proche de l’eurodance de l’époque! D’ailleurs, quand on aime Thunderdome, en général on aime aussi l’eurodance.
    Vous pouvez trouver de ces compiles sur n’importe quel site de vente d’occase, ça ne coûte pas très cher; quoi que le premier volume est plutôt cher, mais c’est normal: c’est un collector, très rare! Au risque de passer pour un amateur de « oldschool », j’ai une petite préférence pour Thunderdome comparé aux productions actuelles (même si je les trouve excellentes malgré tout)

  8. et aujourd’hui, c’est l’hardstyle qui a pris la relève du mouvement. D’ailleurs on y retrouve beaucoup d’anciens dj hardcore.
    Et comme beaucoup, moi qui n’aimais pas ca au début, ca ne me dérange plus du tout aujourd’hui…
    Comme pour beaucoup de choses, il faut apprendre a écouter.

  9. ho et pour info, il y a bien plus long comme série de compil…
    Les Trancemaster par exemple qui continuent à sortir aujourd’hui (et que j’achète toujours). Série commencée en 1992, et qui en est aujourd’hui a + de 70 double ou triple cd.

  10. Mes années collège ! avec un de mes potes de l’époque, Max si un jour tu passes ici 🙂

    J’etais un énorme fan j’etais le « débile » du cartier avec ca à donf. J’avais la chance enfin malchance pour les voisins d’avoir une chaine hi-fi violente niveau sons…

    Je me faisais souvent rappeler à l’ordre par mes parents ou voisin.
    J’acheter les compiles dans la galerie d’auchan que de souvenir

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*