Tipp-Ex ou Blanco

Pour ceux qui n’écrivait pas au stylo plume Creeks mais plutôt avec un bon Bic 4 couleurs comme moi, on n’avait pas le droit à la rature sinon, c’était le gribouillage assuré.
Alors la solution la plus propre, et je ne vous parle pas du côté bleu de la gomme bicolore qui arrache le papier plus qu’autre chose, est d’utiliser le correcteur liquide.

Appelé plus communément le Tipp-Ex, le Blanco ou juste « Le Blanc » (Exemple : « Rho la faute d’orthographe, t’aurais pas du blanc ? »), il fallait dévisser le bouchon/pinceau du flacon rempli d’un liquide blanc puis l’appliquer sur les éléments à masquer. On pouvait attendre le séchage avant de réécrire par dessus ou remplir ses poumons et souffler sur le produit pour accélérer le séchage mais cela avait tendance à étendre le liquide n’importe comment sur la page. Je demandais souvent à mon père d’ouvrir le flacon tellement que le produit avait séché le  bouchon.

Par la suite, la marque Tipp-Ex avait aussi sorti un produit révolutionnaire : Le stylo correcteur rempli de « blanc » à l’intérieur. Il suffisait de presser le bout de la mine contre le papier pour voir le produit sortir et faire glisser le stylo pour recouvrir totalement la rature. Fini les flacons qui se renversent ! Et merci les nouveaux dessins fait à partir de blanco sur papier de couleurs. Je me souviens avoir couvert totalement mon agenda de graffitis blanc, ça donnait un relief assez plaisant. par contre, bonjour l’odeur…

Pas vraiment de date pour la première version du correcteur liquide mais je me souviens avoir utilisé mon premier stylo correcteur Pentex en 1993.

6 Commentaires

  1. J’étais tellement fort que je m’en servais même en écrivant avec une plume :
    Erreur => effaceur => nouvelle erreur => blanco

    Nous nous servions également du blanco pour taguer ou customiser nos sacs ou trousses.

Les commentaires sont fermés.