Musclor et Les maîtres de l’univers

 

« Par le pouvoir du crâne ancestral, je détiens la force toute puissante ! ». C’est par cette formule emblématique que le faible prince Adam devenait Musclor, l’homme le fort qui n’ait jamais existé jusqu’alors. C’est grâce à elle que Mattel, aidé en cela par une petite modification juridique, connu l’un des plus gros succès de vente d’action-figurines !

S’il y a bien un univers et une série de jouets qui aura marqué ma jeunesse, c’est bien Musclor ! Mattel faisait les choses bien et je me souviens avoir fait partie du Club Musclor ! Avec carte de membre et tout le toutim. Bref, du bonheur depuis 1983. 

D’ailleurs la saga Transformers a suivi a peu près la même stratégie marketing sauf que la série avait déjà été créée avant les jouets.

Des muscles, des jouets et du dessin animé

Aux USA dans les années 80, le gouvernement américain met en place une réforme qui va conduire à une croissance accélérée du marché des licences de jouets et créer une petite révolution dans le monde des dessins animés. Cette réforme est tout simplement l’autorisation de la création de séries télévisées tirées de personnages et d’univers de jouets, alors interdit jusqu’à présent. Attention à ne pas confondre avec l’inverse, à savoir la création de produits dérivés tirés de séries télévisées ou de films, parfaitement légal et pleinement utilisée bien avant ce changement. C’est ainsi que naquirent des dessins animés comme Mon Petit Poney, GI joe, Bravestar ou encore les Cosmocats, destinés avant tout à faire la promotion des jouets.

Ce sont des genres de spots publicitaires de vingt minutes renouvelés toutes les semaines. C’est dans ce contexte que Mattel, après avoir mis sur le marché une série de figurines du même nom l’année précédente, lance en septembre 1983 le dessin animé He-Man and the Master of the Universe, produit par la société Filmation. Il débarque en France en 1984 sous le titre Les Maîtres de l’Univers. Bien évidement cette diffusion s’effectue après le lancement, une année auparavant, des figurines selon la même stratégie qu’aux USA. La série, qui compte au total deux saisons de 65 épisodes, a donc été créée au départ dans le but de faire vendre des jouets, avec tous les avantages et contraintes attachés à cette origine. L’objectif fut atteint, car les figurines se vendront très bien, de même que de nombreux autres produits dérivés comme des T-shirts, des déguisements ou autres gadjets. En France sera même lancé un club des Maîtres de l’Univers, sur le même principe que le club Barbie, mais pour les garçons !

Un Prince, un Tigre et l’Univers

L’histoire est simple, et les épisodes généralement indépendants. Sur la planète Eternia, univers médiéval futuriste, où se côtoient engins volants et magiciens, le faible prince Adam, veille sur la paix. Grâce à son épée, il se transforme en Musclor, He-Man dans la version originale, l’homme le plus fort qui soit, afin de défendre la veuve et l’orphelin contre tous les vilains méchants, à savoir principalement Skeletor et ses sbires.

Seul Orko, le petit magicien maladroit, la sorcière du Château des Ombres, et le maître d’armes, sont au courant de ce secret, tout comme Cringer, le tigre le plus peureux de l’univers, qui se transforme en tigre de combat. Aussi à côté de la plaque que Loïs Lane dans Superman, mais diablement bien plus sexy et redoutable, Tila accompagne généralement nos héros dans l’ignorance de la vérité. Comme tous, elle ne se doute pas une seconde que Musclor et Adam ne font qu’une seule et même personne, bien qu’ils aient la même apparence, Musclor ayant il est vrai, le teint plus bronzé et les cheveux moins clairs, une différence bien mince.

Musclor maîtres univers
Musclor

Il faut savoir qu’Adam n’existait à la base ni dans les jouets, ni dans les comics fournis avec ces derniers, et qu’il a été inventé par la suite pour les besoins de la série. Les personnages sont légions, que ce soit du côté des héros, des vilains ou des victimes, et beaucoup d’entre eux ne sont présents que dans un seul épisode. Mais les scénaristes ont donné à chacun une personnalité propre et leur ont créé des histoires personnelles à chacun. A noter que tous, loin s’en faut, n’ont pas eu droit à leurs figurines. Et c’est avec cette multitude de personnages attachants qu’agit le charme du dessin animé, malgré un côté moralisateur parfois fatigant, voire risible.

Cela peut paraître exagéré pour une série mettant en scène de grosses brutes musclées, mais si vous faites attention, vous vous rendrez compte qu’aucune goutte de sang n’est jamais versée et que malgré toutes les bagarres et la méchanceté de Skeletor, personne n’est tué. Ce qui peut arriver de pire à quelqu’un est quasiment d’être assommé ou endormi, que ce soit au corps à corps ou par des armes laser. On se trouve donc bien en présence d’une série absolument politiquement correcte. Dans la même logique que pour les personnages, les véhicules sont eux aussi assez nombreux. Et même si certains n’ont droit qu’à de brèves apparitions, cela permet tout de même de justifier leur existence en tant que jouets auprès des enfants. L’avantage pour les jeunes spectateurs et consommateurs de l’époque, c’est que grâce à cela un nombre important de goodies était disponible. De quoi satisfaire les fans ou collectionneurs les plus exigeants.

Par le pouvoir ancestral du cinéma !

En plus du dessin animé, les Maîtres de l’univers ont également été adaptés au cinéma, que ce soit en version animée ou live. Le film d’animation d’une durée d’une heure et demie est sorti le 29 mars 1985 aux USA et quelques mois après en France. Musclor y retrouve sa sœur, Adora, qui deviendra la fameuse She-Ra, princesse du pouvoir. On y apprend pourquoi la jeune femme s’est retrouvée séparée de son frère jumeau, emmené sur la planète Eternia par Hordak, ancien mentor de Skeletor. Intitulé Le secret de l’épée, il s’agit en fait d’une compilation des cinq premiers épisodes de la série She-Ra qui sera diffusé dans Récré A2 dès 1986. En décembre 1986, alors que la série de She-Ra s’est achevée, est diffusé aux Etats-Unis un épisode spécial Noël jamais montré en France.

La qualité de l’’animation n’y est pas supérieure à celle d’un épisode ordinaire. Quant au scénario c’est loin d’être un chef-d’œuvre : étant donné la période, il met en avant l’esprit de Noël, mais son principal intérêt est de permettre aux fans – incroyable mais vrai ! – de voir quelques instants un Skeletor gentil. Jugez de l’histoire par vous-même : tout le monde est réuni sur Eternia pour fêter l’anniversaire des jumeaux Adora et Adam.

Suite à l’une de ses étourderies habituelles, Orko se retrouve sur une planète inconnue, la Terre, où il sauve deux enfants sur le point d’être enfouis sous une avalanche. Ceux-ci cherchaient un sapin pour Noël, une fête inconnue de tous sur Eternia, sauf de Marlena la mère de Musclor. Grâce à Musclor et à She-Ra, mais surtout à un rayon inventé par le maître d’armes, Orko est ramené sur Eternia, et les enfants avec lui. Enlevés par Skeletor et après maintes péripéties, ces derniers seront finalement sauvés par le même Skeletor. Il ne comprend d’ailleurs pas ce qui lui arrive. Lui qui est si méchant d’habitude, sourit gentiment pour la première fois de toute sa carrière animée quand les enfants lui disent qu’il est génial. Musclor, arrivé entre temps, lui explique que c’est dû à l’esprit de Noël, avant que She-Ra ne le rassure en lui indiquant que ça n’arrive qu’une journée par an.

Et tout est bien qui finit bien grâce à une superbe fête de Noël au palais royal, l’occasion d’admirer Adam déguisé en Père Noël, juste avant que les enfants ne retournent chez eux.

L’éternel Musclor !

Toujours suite au succès de la première série et de jouets qui l’avaient inspirée, Mattel décida de lancer une nouvelle série de jouets. Accompagnée elle aussi d’une série animée intitulée The New Adventures of He-Man, diffusée en 1990 et 1991. Mais si les jouets étaient de grande qualité, pour la série il en fut tout autre et le succès ne fut pas au rendez-vous. Elle fut produite par la société JetLag, fondée en 1987 par Jean Chalopin qui réalisa Ulysse 31 et par Filmation. On y retrouvait aussi, entre autres, Bernard Deyriès et Terada Kazuo à la réalisation. La qualité de l’animation et du design étaient pourtant dignes d’autres séries conçues par ses grands messieurs de l’animation… Résultat : elle s’arrêtera au bout de 65 épisodes à peine, et elle fut diffusée à la télévision en France sur TF1 au début des années 90.

Après toutes ces séries et films puis ce relatif échec, on aurait pu penser que c’en était fini pour les Maîtres de l’Univers. Eh bien non ! Car en 2002, accompagnant la sortie d’une nouvelle gamme de figurines chez Mattel, une toute nouvelle série est produite par Mike Young Productions, elle est une sorte de remake de la première série des années 80. Elle est de très bonne facture et permettra aux plus jeunes de découvrir l’univers d’Eternia et de son héros. Les Maîtres de l’Univers reste une licence forte de la pop culture détournée, parodiée, mais jamais égalée !

Un indispensable à découvrir absolument.

Nicolas Merlot
A propos de Nicolas Merlot 3 Articles
Blogueur sur les-dessins-animes.fr, Nicolas est un passionné de BD, mangas, et de japanimation. Son anime préféré n’est autre que Neon Genesis Evangelion, qui reste pour lui une œuvre charnière qui lui permit de découvrir l’immensité de l’univers du dessin animé japonais.

15 Comments

  1. Que de souvenirs !
    Je regardais le dessin animé, j’avais les jouets et je faisais parti du club des Maitres de l’univers avec 3 pauvres lettres par an lol.
    Il fallait sauver Teela en se réabonnant. Musclor n’avait pas été content quand je lui ais faux bond. lol

    Par le pouvoir du crane ancestral, je détiens la force toute puissante

  2. LOOPS, tu as fais parti du club? On a des choses à se dires lol.

    Musclor… mon dessin animé préféré! Rien que la musique me donne encore des frissons.
    J’avais pas mal de jouets étant vraiment tout petits. Il étaient moche à souhait mais vraiment géniaux.
    Des gros bonhommes baraqué qui mettaient des droites ou des coups de hache.
    J’avais la parure de draps avec oreiller et couettes.

    Même si j’ai grandi depuis le temps, je précise que maintenant j’ai un chien qui s’appelle Arko (en référence au magicien Orco) comme quoi…

  3. RRHHAAAHHH!!!!Un de mes dessin animé préféré!!!MA GAMME DE JOUETS PREFERE!!!J’avais le chateau des ombres et le chateau maléfique(parmis mes noels d’enfance les plus mémorable!)Je collectionnais les personnage et les accessoires!Je voulais tous les avoir!J’adorais ce mélange de s.f et d’héroic fantasy!!Et bien sur j’étais inscris au club,javais ma petite carte de membre(j’étais tout fier de recevoir des lettres à mon nom!)et plein de petits cadeaux(une montre pour mon anniversaire,une carte avec une pastille noire où poser son pouce,pour savoir si l’on était en forme!Un crayon à encre estampillé musclor,une ardoise de bataille navale aux couleur des maitres de l’univers…)Bon tout ça ne devait pas leur revenir bien cher mais ça faisait sacrément rever le gosse que j’étais…Aujourd’hui encore à l’évocation de ces souvenirs véritablement magiques,des frissons me parcourent encore et les larmes de nostalgie ne sont pas loin….

  4. Il y a eu aussi la petite soeur, She-Ra, (lui en VO c’est He-Man) qui avait son propre dessin animé, avec parfois des cross-over entre les 2. Ou comment faire le même marketing pour les filles.

  5. Univac79 > ben « fist » ça veut dire poing, à la base ! pas de ma faute si ton esprit a été complètement perverti par l’accès libre à internet 🙂
    Il aurait pu s’appeler « puncho » mais bon…

  6. N’oublions pas que lorsque nous faisions parti du club Musclor, que nous pouvons considérer comme l’élite de l’époque, nous avions également un gros badge en plastique d’une forme improbable avec un gros sticker « Masters of Universe » collé dessus !!!

  7. J’ai croisé un gars qui vendait une grande partie des figurines dernièrement sur un vide-grenier. C’était pas donné (un peu normal), du coup, je n’ai pas craqué mais très bon souvenir ce dessin-animé.

  8. Il y a eu une première adaptation au cinéma… du moins téléfilm, le film direct au dvd – du moins la VHS … avec Dolph Lundgren dans le rôle de He-man ! un flop. un Nanar !
    Mais on parle à nouveau d’une adaptation de nos jouets de chez Hasbro … !

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*