Le sens caché des comptines de notre enfance

Au clair de la lune, Il court le furet, A la claire fontaine et même une souris verte ! Toutes ces comptines aux paroles il faut l’avouer parfois étranges (je pense vachement à la souris verte là) ont possiblement un sens caché. J’avoue toujours eu un doute pour la pêche aux moules…

Sur Twitter Talleyrand a décidé de ruiner notre enfance en expliquant le possible deuxième niveau de lecture :

1/ “Au clair de la lune” : Chanson du XVIIIè siècle qui fait référence à la prostitution. Le personnage principal dont “la chandelle est morte” cherche une bonne âme capable de la lui rallumer.

2/ “Il court, il court, le furet” n’est autre qu’une des plus célèbres contrepèteries que je vous laisse chercher.

3/ “À la claire fontaine” c’est l’histoire d’une jeune fille qui se lamente car son ami Pierre, ne veut plus l’aimer, pour un bouton de rose, qu’elle lui a refusé. Ici le bouton de rose fait référence… au trou du cul.

4/ Ma préférée : “Une souris verte”. C’est en réalité une comptine qui raconte la torture d’un soldat vendéen par les troupes républicaines durant la Révolution française.

5/ “La Mère Michel” n’a pas perdu son chat mais… sa virginité.

6/ “Il était un petit navire” qui raconte l’histoire d’un bateau qui n’a jamais navigué et dont les membres d’équipage, perdus en mer, finissent par s’entredévorer.

7/ “Jean Petit qui danse”, c’est un paysan qui est roué vif. Ce supplice consistait à vous attacher sur une roue de carrosse que le bourreau faisait tourner et, avec une masse, il vous brisait les os.

8/ “À la pêche aux moules” c’est une jeune fille qui ne veut plus y aller car les gens de la ville… l’ont violée. Le dernier couple est sans équivoque : “Quand une fois ils vous tiennent/Sont-ils de bons enfants/Ils vous font des petites caresses/Et des petits compliments.”

9/ “Il était une bergère” raconte aussi la perte de la virginité avec l’expression “laisse le chat aller au fromage”. De plus, pendant toute la chanson, la jeune fille doit subir les avances du curé qui veut “mettre la patte… le menton”.

10/ “Nous n’irons plus au bois” fait référence aux fermetures des maisons closes par Louis XIV pour limiter la propagation des maladies vénériennes. La porte des bordels étaient, à l’époque, surmontées de lauriers qui se retrouvent “coupés” dans la comptine.

11/ Dans “Ne pleure pas Jeannette”, Jeannette finit pendue avec son ami dont elle pleurait le sort depuis le début de la comptine.

12/ “Jeanneton prend sa faucille”… une ode au gang-bang.

13/ Je vous épargne “Savez-vous planter les choux ?”. Quand on sait que, depuis l’Antiquité, le chou est symbole de procréation et qu’on en sert aux jeunes mariés pour accroître la fertilité… Et vous ? Comment vous les plantez les choux ?

Pour celles et ceux qui doutent : Martine David et Anne-Marie Delrieu, Refrains d’enfance. Histoire de 60 chansons populaires, Herscher, 1988 et Marc Robine, Anthologie de la chanson française. La Tradition. Des trouvères aux grands auteurs du XIXè siècle, Albin Michel, 2000

14/ “Gentil coquelicot”, sous une écriture très naïve, est une comptine qui met en scène un rossignol, symbole de l’amour, mettant en garde une petite fille contre les mauvais garçons qui voudraient s’en prendre à sa virginité.


https://twitter.com/_Talleyrand_/status/957548988760252416
About Malisz
Fournisseur de bonheur depuis 1982, Vincent est également champion du monde de Chifoumi. Retrouvez le sur Twitter : http://www.twitter.com/malisz

Partagez votre souvenir

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*